• By MMC Label

    Bonjour à tous,

    L'album d'Ika est prévu au planning pour le tout début 2014. On commencera donc à travailler pour une remise de master en octobre 2013 avec les choix des singles et de la charte graphique, et la mise en place de la stratégie marketing.

    Merci pour votre patience,

    Nathalie - MMC Label

    Ika

  • By brixton1

    Ca faisait un an que je mettait pas connecté.
    Alors il est où cet album ?
    Je m'en fou de l'argent mais à ce rythme là les artistes ils ont le temps de changer de métier, de vie et de prendre 50 kilos.

  • By RM : Arno et Zero

    :) Amen ... Enfin souhaitons l'album en 2013 !

  • By j_matth

    Bonjour, bonjour la colo :-)

  • By broon, en avant la MusIKA !!!

    Ah merde, v’la t’y pas qu’il est déjà l’heure de s’y recoller… A quoi ? Ben, à souhaiter ses vœux, c’te blague…Vous vivez sur quelle planète ?
    Bon, ben, Bonne Année, et puis surtout la santé hein… Non, j’déconne…
    Vous allez entendre cette putain de phrase jusqu’à la nausée… Oui oui, même si vous n’êtes pas enceinte ou enceint… Prononcée avec le bon petit sourire faux cul qui va avec…
    Car ceux qui comptent, les êtres aimés, les plus chers, ceux qui n’ont pas de prix, vont vous serrer dans leur bras et sur leur coeur, vous lécher la pomme en vous caressant le dos et vous souhaiter le meilleur des larmes dans les yeux et des trémolos dans la voix. Si ce n’est pas le cas, changez-en.
    Reste les autres, l’immense et effroyable majorité des non notres, notre échantillon bien à nous des 7.1 milliards de zigotos restant… On oublie collègues de travail, relations de voisinage et autres membres de la famille dont la moindre des politesses doublée d’un légitime souci de pacification veut qu’on leur souhaite des vœux mielleux mais pas obligatoirement sincères. Il nous faut bien garder nos échappatoires.
    Reste donc l’inévitable cohorte des casse-couilles Janviénistes, Janviésains, que dis-je, Janviéphiles, pour ne pas dire Janviélâtres… Je nomme par là tous ces gens dont vous vous souvenez à peine et que vous ne croisez jamais tout au long de l’année hormis durant cette moisie période des vœux, que vous ne connaissez pas assez pour les accepter parmi vos amis mais un peu trop pour les ignorer, appelons les par convention les « connaissances ».
    Un jeu, non dit mais immuable s’instaure entre eux et vous… Qui des deux dégainera le plus vite mettant ainsi l’autre dans la situation tout autant embarrassante qu’inconfortable du malotru oublieux des vœux… Je perds toujours à ce jeu pourri. Pourquoi y jouer, alors, me direz-vous ? Et bien, justement, je n’y joue plus depuis belle lurette, mais les autres si.

    Bon, d’accord, il va bien s’en calancher environ 62 millions d’ici l’an prochain, mais enfin, 0.9 %... Pas de quoi en faire une source d’espoir de diminution notable à l’orée 2014.
    Les quelques 30 Milliards de litres d’alcool et 100 millions de coïts que nous allons tous ensemble engloutir et pratiquer devraient nous aider à tenir le coup (après l’avoir bu et tiré dans le meilleur des cas) jusqu’à la prochaine échéance dans une certes artificielle mais néanmoins relative bonne humeur.

    Bon, Allez, mort à 2012 année de la loose, et vive 2013, année de la baise… Huuuum… Année balaise… Oups… Je vous laisse le choix entre une dyslexie inopportune ou un syndrome Gilles de la Tourette non maitrisé.
    A défaut d’une fin du monde, je nous souhaite une non moins hypothétique fin des cons.
    Des bises aux unes, des poignées de main aux autres… Je vous laisse faire le tri… Ca vous occupera pendant que vous cuvez.

  • By j_matth

    Bonjour, bonjour la colo :-)

  • By broon, en avant la MusIKA !!!

    Aujourd'hui 31 Décembre nous célébrons les Sylvestre.

    Transcrit du latin silvester, silvestris, Sylvestre signifie, entre autres, " l'homme qui vit dans les forêts ou les bois ".

    Saint Sylvestre : 33ème Pape, son autorité fut éclipsée par celle de Constantin, et il n'assista pas au synode d'Arles ni au concile de Nicée, convoqués par l'empereur. Il n'empêche que, avec ou sans lui, c'est sous son pontificat que l'autorité de l'Église fut établie et que furent construits les premiers monuments chrétiens : l'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem, les basiliques de Saint-Jean-de-Latran et de Saint-Pierre à Rome, les églises des Saints-Apôtres et de Sainte-Sophie à Constantinople.
    La conversion de Constantin eut lieu alors que, couvert d'une lèpre incurable, Sylvestre le baptisa par immersion dans une piscine et le guérit.
    On a attribué aussi à Sylvestre d'autres miracles, par exemple d'avoir ressuscité un taureau et dompté un dragon.

    Constantin : « Mais…»
    Sylvestre : «… … »
    Constantin : « J’ai cru voir un Gros Minet…»
    Sylvestre : « … … »
    Constantin : « Mais oui, j’ai bien vu un Gros Minet…»
    Sylvestre : « Ca va aller votre Sainteté ? »
    Constantin : « Cui cui… Oh, ça va, on peut se détendre un peu, non ? »
    Sylvestre : « Des années que toi et moi on bâtit des trucs… »
    Constantin : « Eglises, Evêchés, Cathédrales… »
    Sylvestre : « Mosquées, Synagogues… Humpf… »
    Constantin : « Restaus, Clubs, Boites de nuit, Bars à putes… Mouaaaaaah… »
    Sylvestre : « Au fait, à ce propos, comment va ta femme ? »
    Constantin : « Euh… C’est pas drôle là… »
    Sylvestre : « Ah pardon… Et avec ta fille, non plus ? »
    Constantin : « Naaaaan !!! Par contre, avec ta femme à toi, c’est hilarant… Hahaha… HAHAHAHAHAHA !!! »
    Sylvestre : « Euh… Ne te marres pas trop fort, quand même, faudrait pas que tes boutons me pètent à la gueule… »
    Constantin : « C’est pas des boutons, c’est des crevasses… »
    Sylvestre : « Ah ouais ? »
    Constantin : « Ben ouais, vas-y, touches… »
    Sylvestre : « Plutôt crever.»
    Constantin : « Tu vois du pus toi, là ? »
    Sylvestre : « Non, en effet… Bizarre pour une vérole… »
    Constantin : « Pas la vérole, la lèpre… »
    Sylvestre : « Ah, tu me rassures, j’ai eut peur que ce soit un vieux truc dégueulasse et contagieux… »
    Constantin : « Ca coule un peu, mais ça tache pas… »
    Sylvestre : « Et qu’est-ce qu’en dit ta femme ? »
    Constantin : « Ce qu’en dit ma femme ? BLEUAAAAAAARGHHHH !!! Tous les matins, au réveil… »
    Sylvestre : « Avant ou après le P’tit Déj ? »
    Constantin : « Avant, faut pas gâcher… »
    Sylvestre : « Et t’as essayé des traitements ? »
    Constantin : « Oui, tous… Biactol, Eau précieuse, Arnica… Papier de verre et trichloéthylène… »
    Sylvestre : « Huuum… J’ai peut-être un truc, pour toi… Enfiles un maillot et rejoins moi à la piscine… »
    Constantin : « Euh… J’te préviens, je n’sais pas nager… »
    Sylvestre : « C’est pas pour un cours de natation, va… »
    Constantin : « Bon, ça y est, ch’uis prêt, on fait quoi ? »
    Sylvestre : « Approche… Regarde le fond de l’eau… »
    Constantin : « Où ça ? Glouglouglou…. »
    Sylvestre : « Ca va ? »
    Constantin : « Merde, t’es con… Pourquoi me maintenir la tête enfoncée sous l’eau près de cinq minutes ? »
    Sylvestre : « Pour que ça imbibe un peu… »
    Constantin : « Et le coup de poing dans le ventre ? »
    Sylvestre : « Comme ça, pour le fun… J’en avais envie… »
    Constantin : « Oh, mais j’ai plus rien, c’est dingue… MIIIRAAAAAAACLE !!! »
    Sylvestre : « Alors, efficace, non ? Par contre la piscine elle est morte, faut la détruire maintenant… parce que.. ? Attends, fais voir… Mais… Tu as un énorme bouton sur la gueule ou quoi ? »
    Constantin : « AH NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON !!!! »
    Sylvestre : « Ah non, c’est ton nez… Au temps pour moi… »
    Constantin : « Très drôle… »
    Sylvestre : « Ca va, on peut plaisanter un peu, de temps en temps… »
    Constantin : « Et tu en as fait d’autres des miracles ? »
    Sylvestre : « Oh, pas tant que ça… A part ressusciter un taureau et dompter un dragon…»
    Constantin : « Oh, truc de ouf… Ressusciter un taureau… ? »
    Sylvestre : « Oui, à Nîmes, un soir de Mai… Corrida de clôture de la Féria… Les arènes sont bondées, le public exulte d’excitation, la chaleur torride de la journée remonte de la terre collant aux corps tendus des femmes leurs distinguées et suggestives robes à fleurs… Le torero tortille du cul devant un taureau fatigué par les assauts fougueux du picador, le nargue, et lui plante son épée entre les épaules, l’occisant sur le champ… L’empailleté jette à terre cape et épée et fait le beau sous les vivas de la foule bavante à l’odeur du sang fumant… Ca m’a saoulé, j’ai ressuscité le taureau… Il t’a embroché la starlette habillée de lumière et la traînée sur des centaines de mètres avant de le piétiner pour le compte… C’était trop rigolo… »
    Constantin : « Et le dragon ? »
    Sylvestre : « Ah bah, pour dompter un dragon, la règle d’or est de l’empêcher de cracher du feu… Pour cela, tu attends, la tombée du jour où, à pas de loups et par derrière, tu t’approches de lui… Tu lui soulèves tout doucement la queue, et la, avant qu’il ait le temps de réagir, tu lui enfonces un énorme bâton de glace dans le cul… Assez rapidement, la température corporelle commence à descendre, rendant impossible tout embrasement buccal… »
    Constantin : « Waooooow… Et ça marche aussi avec les nymphos ? »
    Sylvestre : « Oui, sans doute, mais méfies toi, si tu arrives à leur soulever la queue, c’est qu’il y a un problème… »
    Constantin : « Okay… Et ensuite, pour le dragon… »
    Sylvestre : « Ben, il te suffit de lui attacher une cordelette à la base des balloches et de tirer dessus dans le sens ou tu veux le faire aller… »
    Constantin : « Et ça marche aussi avec les meufs ? »
    Sylvestre : « Décidément, l’anatomie, c’est pas ton truc à toi… »

    Bon, Allez, sur ce je vous donne Rendez-Vous demain pour de nouvelles aventures fiestives.

  • By RM : Arno et Zero

    Bonne fin de Dimanche ... et bise :)

  • By florian25560

    bonjour a tous

  • By j_matth

    Bonjour, bonjour la colo :-)

  • By broon, en avant la MusIKA !!!

    Aujourd'hui 30 Décembre nous célébrons les Roger.

    Roger est la version française et anglaise (par l'influence normande) du prénom masculin d'origine germanique Hrodgari qui provient des racines hroth / hrod, c'est-à-dire « gloire, honneur » et gari « javelot, lance ».

    Roger de Cannes, en italien Ruggiero de Canosa (1060 - 1138), est un saint légendaire de l'Église catholique romaine. Evèque de Cannes (Cannae en latin, Canosa en italien) en Italie, sa ville natale. Il aurait vécu et subi les ravages de la guerre, ravages causés lors des nombreuses rébellions des barons normands refusant notamment l'autorité de Robert Guiscard. C'est ainsi qu'en l'an 1083, Cannes fut ravagée et rasée par Guiscard afin de punir la rébellion de son neveu Herman, comte de la cité.
    Saint Roger se serait montré serviable envers la population de la cité en souffrance, allant chercher lui-même pieds-nus dans la campagne environnante de quoi la nourrir.

    Clément : « Dites, Roger… »
    Roger : « Fuifuifui… »
    Clément : « Eh Oh… »
    Roger : « Lalalalala… »
    Clément : « OH EH, Ruggiero ??? »
    Roger : « Eh, oh, como esta ? … Vous êtes ? »
    Clément : « Clément III. Je viens vous annoncer votre nomination en tant qu’évêque… »
    Roger : « YOUHOU !!! Et je suis nommé où ? »
    Clément : « A Cannes… »
    Roger : « CANNES ? Putain, trop d’la balle !!! »
    Clément : « ??? »
    Roger : « La Méditerranée, le Port, la Croisette… »
    Clément : « Heu… »
    Roger : « Le Majestik, le Carlton, les starlettes, les stars…»
    Clément : « Non mais… »
    Roger : « Les îles de Lérens, Le Cannet… »
    Clément : « Non non… »
    Roger : « Le Casino, le Festival, la drogue, les putes… »
    Clément : « HOOOO !!! STOOOOP !!! »
    Roger : « Quoi ? »
    Clément : « Pas ce Cannes là, Canosa, en Italie… »
    Roger : « La où ch’uis né ? »
    Clément : « Ben oui… »
    Roger : « Merde, tu déconnes ou quoi ? »
    Clément : « Euh… Je suis ton pape, rappelle toi… »
    Roger : « Oui, pardon, mais là, quand même, tu chies dans la colle… »
    Clément : « Eh, dis donc… »
    Roger : « ‘Tain… J’me voyais déjà monter les marches, mater les actrices dans les tenues les plus folles, voir si George Clooney est comme à la télé, glander à la plage toute la journée pour cuver les excès de la veille… »
    Clément : « Bah non, Dommage… »
    Roger : « Et là… Canosa… La plus ancienne ville des pouilles… J’te dis pas la descente…»
    Clément : « Il y a là-bas aussi des âmes à sauver… »
    Roger : « Il y en a partout des âmes à sauver… Et ça dérange qui si elles sont en maillot brésilien et Topless, hein ? Ca gène qui ??? »
    Clément : « Pas toi, visiblement… »
    Roger : « Bah, non… »
    Clément : « En attendant, tu auras à soigner les âmes d’une région en guerre, ravagée, en souffrance, il te faudra sillonner la région, pieds nus, pour leur trouver à manger… »
    Roger : « Sinon, à Cannes, je peux aussi sillonner les plages pieds nus, les orteils délicatement écartés par le sable fin… »
    Clément : « Naaaaan… »
    Roger : « Allez, quoi, ça te coûte quoi ? J’leur apporterait des chouchous aux crève la faim, des chourros même, des glaces… Enfin, des trucs sympas quoi… »
    Clément : « Des miséreux ? A Cannes ? »
    Roger : « Ben oui… Tout le monde ne peut descendre au Carlton… Certains doivent se contenter du Martinez… Parfaitement, Monsieur… »
    Clément : « Bien sûr… »
    Roger : « Pédalo et Beach Volley, Frisbee et cerf volant, claquettes et marcel, Bob et short de plage… »
    Clément : « Et l’Hiver ? »
    Roger : « Quoi l’Hiver ? »
    Clément : « Tu sais, cette saison froide et sèche qui transforme le littoral en ville fantôme… »
    Roger : « Ah, cette saison là ? »
    Clément : « Tu feras quoi sans touristes, par 0 degrés de température ambiante avec une mer démontée… ? »
    Roger : « Non mais d’ici là tu m’auras muté à Courchevel, Non ? J’ai rien contre les saisons, moi… »
    Clément : « Encore une ville de pauvres ? »
    Roger : « Je suis chamois d’or, tu sais… Descente de la piste principale en 2 minutes 18… Record régional… Et encore, j’avais le vent de face… »
    Clément : « Bon ben okay…»
    Roger : « Quoi ? Sérieux ? »
    Clément : « Ben oui, Courchevel l’été et Cannes l’hiver… C’est accordé… »
    Roger : « Sinon, les Pouilles, c’est bien aussi. J’y connais du monde… Les gens auront confiance, pensez, un enfant du pays…»
    Clément : « C’est sûr.»
    Roger : « T’es pas facile en affaires, toi… »
    Clément : « Disons, que l’église ce n’est pas le Club Med… »
    Roger : « Y’a pas d’soleil, y’a pas d’nanas, Darla dirla dada… »
    Clément : « Hein ? »
    Roger : « On va s’en fourrer jusque là… Non, j’déconne… »
    Clément : « Ah bah non, ça commençait à devenir intéressant… »
    Roger : « Pardon ? »
    Clément : « Tu vas t’en fourrer jusque là de quoi ? »
    Roger : « Ben, des gonzesses… »
    Clément : « Oui, mais ici y’en a pas, donc… »
    Roger : « Faut trouver un plan B… »
    Clément : « Qui est ? »
    Roger : « De retourner sa veste… »
    Clément : « Sa jaquette, plus exactement… »
    Roger : « Euh… »
    Clément : « T’as vu la fourmi là ? C’est une bête du bon Dieu, t devrais te pencher un peu plus pour mieux la voir… »
    Roger : « J’vais y aller, plutôt… Bien le bonsoir… »

    Bon, Allez, sur ce je vous donne Rendez-Vous demain pour de nouvelles aventures fiestives.

  • By j_matth

    Bonjour, bonjour la colo :-)

  • By broon, en avant la MusIKA !!!

    Aujourd’hui 29 Décembre nous célébrons les David.

    David, de l’hébreu dawîd qui signifie « tendrement aimé ».

    David est le 8ème fils de Jessé , il garde les moutons de son père à Bethléem quand Dieu envoie Samuel lui donner l’onction royale.
    Il met en déroute les ennemis philistins en vainquant le géant Goliath à l'aide de sa fronde. Devenu le héros d'Israël, il s'attire la jalousie puis la vindicte de Saül, son beau père, mais sympathise avec son fils, Jonathan, qui l'aide à s'enfuir.
    Il prend la tête de maquisards, puis est intronisé roi de Juda à la mort de Saül, puis roi d'Israël avant d'être proclamé messie (« oint »). A la tête du royaume et de son armée, il vainc les ennemis d'Israël, conquiert Jérusalem – où il transfère l'Arche d'alliance – et fonde un vaste royaume qui s'étend des frontières de l'Égypte jusqu'à l'Euphrate, ouvrant ainsi une ère de prospérité et de paix pour Israël.
    On lui reconnaitra huit fils de huit femmes différentes, mais son successeur sera Salomon, fils de Bethsabée par ailleurs femme de Urie le Hittite que David enverra en première ligne pour y être tué.

    David : « T'avais les cheveux blonds, Un crocodile sur ton blouson ; On s'est connu comme ça, Au soleil, au même endroit… »
    Jonathan : « T'avais des yeux d'enfant, Des yeux couleur de l'océan, Moi pour faire le malin, je chantais en Italien… »
    David : « Lasciatemi cantare, con la guitara in mano… Hum… Pardon, rien à voir… »
    Jonathan « Est-ce que tu viens pour les vacances ? Moi je n'ai pas changé d'adresse, Je serai je pense, Un peu en avance, Au rendez-vous de nos promesses… »
    David : « Bah écoutes, je vais essayer, mais bon, c’est pas évident… Les femmes, les gosses, le royaume… »
    Jonathan : « Ah, des gosses ? Combien ? »
    David : « Huit. »
    Jonathan : « Pfuiiiii…. Avec la même ? »
    David : « Ben oui, c’te blague… J’en ai qu’une… »
    Jonathan : « Euh…. La même femme, j’voulais dire… »
    David : « Oups… Non non, huit gosses, huit femmes…”
    Jonathan : « Pas une seule à qui tu aies fait deux gosses ?»
    David : « Ah non, ça m’dégoute, dés qu’elle est pleine, j’en change… »
    Jonathan : « Mais, c’est odieux…»
    David : « Ah ben non, c’est physique… Savoir qu’un autre que moi a mis les pieds là-dedans…»
    Jonathan : « C’est une expression…»
    David : « Pas du tout, ces petits cons, ont vraiment mis les pieds dans l’utérus de ma femme… Et les jambes, et les bras, et la tête…»
    Jonathan : « Alouette !!!»
    David : « Bien joué.»
    Jonathan : « C’était facile…»
    David : « Non non, fallait être vigilant, vraiment, bravo…»
    Jonathan : « Et si tu voulais constituer ta propre équipe de foot ?»
    David : « Faudrait que j’me marie encore trois fois.»
    Jonathan : « D’accord, je vois… Et l’amour là-dedans ?»
    David : « On ne parle pas d’amour, là, on parle de mariage…»


    Jonathan : « Et si elle est déjà mariée ? »
    David : « Ben, j’envoie son mari mourir au front… Pratique d’être toujours en guerre… »
    Jonathan : « Décidément, le front, c’est ton truc… Tu te rappelles de Goliath ? »
    David : « La grand dadais ? Faut que je t’avoue un truc… »
    Jonathan : « Oui ? »
    David : « En fait, je l’ai pas vraiment abattu d’un coup de fronde… »
    Jonathan : « OH !!!! »
    David : « Je le voyais me mater le cul depuis un petit moment…. Je me suis donc tortillé outrancièrement jusqu’à temps qu’il se penche la main en avant… Là, demi tour et tête en avant direct dans ses joyeuses… Séché le grand con… »
    Jonathan : « Mais alors, la légende ??? »
    David : « Ben, sécher un mec d’un coup dans les valseuses, ça fait pas trop viril, alors, bon, on a un peu enjolivé… »
    Jonathan : « Qui ça, « On » ? »
    David : « Ben, le service de com du Vatican et moi… »
    Jonathan : « Vous avez consciemment menti, donc… »
    David : « Huuuum… Et toi, qu’est-ce que tu deviens ? Marié ? Des enfants ? »
    Jonathan : « Connard !!! »
    David : « Ah oui, tu m’en veux encore, donc… »
    Jonathan : « Pas du tout… C’était ton choix… »
    David : « On m’a appelé pour devenir Roi, pas Reine… Et puis tu imagines le messie débouler en talons hauts et en balançant son popotin ? »
    Jonathan : « Bah oui, très bien, même… Huuuuummmmm…. »
    David : « Bon, okay, c’est ma faute… »
    Jonathan : « Et ta femme, tu l’aimes ? »
    David : « Bethsabée ? Mucho… Como si fuera esta noche la ultima vez… C’est comme ça que je l’ai séduite… En chantonnant… Et en la débarrassant un peu d’un mari gênant…. »
    Jonathan : « Et tu me la présentes quand ? »
    David : « Jamais, Pourquoi ? »
    Jonathan : « Parce que nous avons tant partagé…»
    David : « Oui, mais je suis un personnage public, maintenant…»
    Jonathan : « Et alors ?»
    David : « Je suis Roi, Messie et chef de guerre… Tu me vois débouler en folle tordue ?»
    Jonathan : « Tu peux tout simplement assumer tes choix sexuels…»
    David : « Et perdre toute crédibilité ? Non, merci…
    Jonathan : « Tu préfères me jeter ?»
    David : « Je préfèrerais continuer à te voir, mais en cachette…»
    Jonathan : « Quoi ? Entre deux portes cochères ?»
    David : « Tu veux me niquer le dos ou quoi ?»
    Jonathan : « Je n’ai jamais visé si haut.»
    David : « Mouaaaaaahhhhh !!!»
    Jonathan : « J’adore quand tu ris…»
    David : « Je peux te faire aménager une chambre au Palais si tu veux…»
    Jonathan : « Contre quoi ?»
    David : « Ta discrétion absolue.»
    Jonathan : « Ce n’est pas moi qui pousse des ahanements de sanglier blessé…»
    David : « Je ne parlais pas de ça.»
    Jonathan : « Bon, ben d’accord, à condition que tu ne me fasses pas trop cocu avec ta femme…»
    David : « Ca ne compte pas…»
    Jonathan : « Moi aussi je t’aime…»
    David : « Au fait, t’as vu ? J’ai décidé de faire de Jérusalem une capitale religieuse… J’y ai fait rapatrier l’arche d’alliance… C’est une bonne idée, non ? »
    Jonathan : « Oh oui, sûrement… M’enfin, garde tout de même ta fronde, on ne sait jamais… ».

    Bon, Allez, sur ce je vous donne Rendez-Vous demain pour de nouvelles aventures fiestives.

  • By j_matth

    Bonjour, bonjour la colo :-)

  • By broon, en avant la MusIKA !!!

    Aujourd'hui 28 Décembre nous célébrons les Innocents.

    Le massacre des Innocents est le nom donné à un épisode relaté dans l'Évangile selon Matthieu en même temps que la Fuite en Égypte : le meurtre de tous les enfants de moins de deux ans dans la région de Bethléem, ordonné par Hérode peu après la naissance de Jésus. Les Églises les honorent comme martyrs.
    Dieu aurait permis le massacre des Saints Innocents pour faire d’eux les prémices de la rédemption de Jésus-Christ.

    Hérode : « Bon, Allez, flinguez moi tout ça… Hop hop hop… »
    Les Innocents : « Comprendrais-tu ma belle qu'un jour, fatigué ; j'aille me briser la voix
    une dernière fois ; à cent vingt décibels ; contre un grand chataigner ; d'amour pour toi… »
    Hérode : « Ma Belle ? Tu t’fous d’ma gueule ou quoi ??? Tu peux bien gueuler tant que tu veux… »
    Les Innocents : « Trouverais-tu cruel que le doigt sur la bouche ; je t'emmène, hors des villes
    en un fort, une presqu'île ; oublier nos duels, nos escarmouches, nos peurs imbéciles… »
    Hérode : « Imbécile, imbécile… Abruti, toi-même et Dugenou… Niveau cruauté, c’est pas un doigt qui va m’inquiéter… Et puis, tu sais où tu peux te le mettre ton doigt ? »
    Les Innocents : «Il est un estuaire, à nos fleuves de soupirs ; où l'eau mêle nos mystères, et nos belles différences ; j'y apprendrai à me taire, et tes larmes retenir ; dans cet autre Finistère, aux longues plages de silence »
    Hérode : « Finistère ??? Eh oh, mon gars, t’es en Galilée, là !!! Fais toi offrir Google map… »
    Les Innocents : « Car là-haut dans le ciel, si un jour je m'en vais ; ce que je voudrais de nous emporter avant tout ; c'est le sucre, et le miel ; et le peu que l'on sait n'être qu'à nous»
    Hérode : « Et du goudron et des plumes, non ? Et puis arrêtes de dire « nous » en parlant de toi et moi, genre comme d’un couple… »
    Les Innocents : « … Dans cet autre Finistère, aux longues plages de silence »
    Hérode : « Il va finir par s’taire, l’égaré, oui ?»
    Les Innocents : « Non, sérieux… Pourquoi s’en prendre à des enfants ? »
    Hérode : « Bah, parce qu’ils se défendent beaucoup moins bien… »
    Les Innocents : « Mais, pourquoi si jeunes ? »
    Hérode : « Bah, parce qu’ils se défendent pas du tout… »
    Les Innocents : « Moins de 2 ans, tout de même… »
    Hérode : « On aurait massacré des enfants de 3ans, ou même des vieux, ça t’aurait moins choqué ? »
    Les Innocents : « Ben… »
    Hérode : « Oh, et puis si ce que je fais offense votre Dieu, qu’il me foudroie sur place à l’instant !!! »
    Les Innocents : « Chiche !!! »
    Hérode : « J’attends… Toujours rien ? »
    Les Innocents : « Bah, qu’est-ce qu’y s’passe ? »
    Hérode : « Il s’passe que tuer massivement des innocents ne dérange que fort peu sa divinitude…»
    Les Innocents : « Mais… Pourquoi ? »
    Hérode : « Ch’ais pas, l’avenir du fiston, peut-être… »
    Les Innocents : « Jésus ? »
    Hérode : « Oh oui, j’crois pas qu’il ait eut d’autres enfants…»
    Les Innocents : « Non mais… Pourquoi ? »
    Hérode : « Accueillir à ses côtés des âmes pures pour leur offrir la vie éternelle, voilà bien de quoi faire la pub de la rédemption christique… »
    Les Innocents : « Mais… Pourquoi ne pas trier les gosses et ne sacrifier que les malades, les abimés, les pas sages… »
    Hérode : « Ou les bruns, les basanés, les circoncis… En fait, tu voudrais un téléthon à l’envers… »
    Les Innocents : « Euh non, quand même pas… »
    Hérode : « Remarque, c’est pas con, on pourrait se faire du fric… »
    Les Innocents : « Comment ça ? »
    Hérode : « On montrerait aux gens les enfants qu’on va tuer et ils pourraient racheter leur vie… Les gens feraient des promesses de don et les enfants pourraient retrouver le sourire au fur et à mesure du remplissage de la jauge… »
    Les Innocents : « Sauf que là, les tout cassés, faudra pas les mettre devant…»
    Hérode : « T’as raison… Tu veux organiser le truc ? »
    Les Innocents : « Bah ouais, pourquoi pas…»
    Hérode : « J’te donne carte blanche… Mais soyons clair… Tu en feras sauver deux ou trois, mais l’écrasante majorité sera massacrée… »
    Les Innocents : « Ah oui… »
    Hérode : « D’un autre côté, visiblement, tu n’as aucun reproche divin à craindre… »
    Les Innocents : « C’est sur… »
    Hérode : « Alors, veux-tu être le parrain de l’opération ? »
    Les Innocents : « Et je peux choisir personnellement les premiers condamnés ? »
    Hérode : « Allez, Cadeau !!! »
    Les Innocents : « Non, parce que les chiards du dessus qui jouent aux billes sur le carrelage, ou ceux d’en bas qui piaillent à longueur de journée sous les fenêtres, ceux qui viennent se coller alors qu’ils sont pleins de morve… Par contre ceux qui tètent les nichons de leur mère en public ou qui leur tirent la jupe très très haut… »
    Hérode : « Alors, c’est oui ou c’est non ? »
    Les Innocents : « Ah… C’est tentant… Et ils sont sensés mourir comment ? »
    Hérode : « Rooooh… Selon l’inspiration de l’exécutant… Jetés contre les murs, c’est pas conseillé, à cet âge là c’est souple, ça peut encore rebondir… A la Grégorienne… »
    Les Innocents : « Tu veux dire noyés ? »
    Hérode : « Non non, tu lis trop les journaux… On les attache et on convoque des frères pour qu’ils leurs interprètent des chants Grégoriens jusqu’à ce que leurs tympans explosent…»
    Les Innocents : « Ah oui… On peut leur lâcher les lions aussi ? »
    Hérode : « Voui… Mais y’a pas grand-chose à becqueter sur ces choses là… »
    Les Innocents : « Enfermés dans la voiture en plein soleil, dans le congélo, dans le Lave Linge… »
    Hérode : « Oui, bon, en même temps, moins y’a besoin d’ustensiles, plus vite ça ira… »
    Les Innocents : « Et le fric récolté, il ira à qui ? »
    Hérode : « Officiellement aux enfants rescapés, mais en réalité à nous… »
    Les Innocents : « C’est bien légal tout ça ? »
    Hérode : « Ben, j’me dis qu’une société qui te laisse exterminer des gosses devraient pouvoir fermer les yeux sur un petit détournement de fonds… »
    Les Innocents : « Bon, on se réparti comment ? 50/50 ?»
    Hérode : « Tu te touches, un peu, non ? »
    Les Innocents : « Et pourquoi ? »
    Hérode : « Je fournis l’idée, le concept et la main d’œuvre… »
    Les Innocents : « Et moi la matière première. »
    Hérode : « Bon, Allez, 55/45… »
    Les Innocents : « Tope là… »

    Bon allez, sur ce je vous donne Rendez-Vous demain pour de nouvelles aventures fiestives.

1 ... 4 5 6 7 8 ... 1062