Christophe Cirillo - Funambule

Un projet Musique - Crée par - Contacter le créateur du projet

Auteur, compositeur et interprète, Christophe Cirillo s’inspire de grands auteurs de la chanson française tels que Alain Souchon, Francis Cabrel. "Funambule", son 1er album est dans les bacs

Christophe Cirillo - Funambule

100 000,00 €
sur 100 000,00 €

Projet financé le
20 janv. 2010

Partager Exporter
    • « Il a fallu ce coup de poing, mettre les compteurs à zéro
      Qui peut le plus peut le moins, il a fallu tomber à l’eau. […]
      Il a fallu ce vent du nord, ce mistral gagnant tous les pores
      Pour sortir enfin du bocal, appuyer là où ça fait mal. »

      Avant de devenir le magnifique funambule de cet album, Christophe Cirillo s’est essayé pendant deux disques sous le nom de Monsieur Clément. Son premier essai était teinté d’idéalisme, le deuxième se hissait sur les hauteurs de la pop, sans encore atteindre l’exigence qu’ont aujourd’hui ses textes.
      Car en chanson comme dans la vie et sur un fil, tout n’est-il pas une question d’expérience et d’équilibre ?

      Il y a une quinzaine d’années dans une petite ville de la Drôme, aux portes de la Provence, un jeune garçon écoute les Beatles et Jimi Hendrix avec l’engouement du jeune fan. Il rêve de faire carrière et se lance à corps perdu dans l’écriture, « parce qu’on y est seul maître à bord », assure-t-il. En le mettant entre les mains d’une éditrice, Louis Chedid devient son parrain en musique.

      Aujourd’hui, Christophe Cirillo a rangé au placard les clichés et les jeux de mots qui encombrent souvent le bagage des aspirants-auteurs pour une écriture épurée, instinctive, limpide. Là-aussi, Christophe a ses héros. Ils s’appellent Francis Cabrel ou Dominique A. Et il y a du Souchon dans « J’aimais mieux avant », l’un des morceaux-phares de son disque, qui égrène dans un jubilatoire name-dropping, les moments d’innocence, de candeur, de découverte qui animent les quinze premières années de nos vies. Attention, ce n’est pas du passéisme, juste une douce nostalgie.

    • « Funambule » donc, au point de courir sur le fil tendu entre chanson française et pop anglaise, avec ses évidences mélodiques, ses gimmicks qui chatouillent l’oreille, ses arrangements riches d’idées tout en gardant une nécessaire sobriété.

      Sans doute que Jean-Louis Piérot (réalisateur aussi pour Bashung, Etienne Daho…) n’y est pas pour rien. « Il a su mettre mes chansons en perspective », confie Christophe Cirillo. « Leur donner le meilleur écrin, tout en apportant un point de vue plus rugueux que ce que j’avais imaginé. » Moins de piano et plus de guitares, pour résumer. Couleurs acoustiques mais rythmique pop. Et un nouvel équilibre, entre deux guitares cette fois. Celle d’Eric Sauviat (vu avec Cabrel), au côté folk assez marqué. Et celle plus électrique de Robert Johnson (entendu avec Miossec), au son plus pop, à l’anglaise.
      Tout cela, marié à un chant juvénile décomplexé, n’a pas manqué de séduire la bagatelle de 1056 producteurs sur le site participatif de My Major Company.

      Au fait, un funambule, n’est-ce pas un artiste attaché, comme tout un chacun, au monde d’en bas mais qui a le bonheur de prendre un peu plus de hauteur pour regarder la vie avec un poil de recul? Eh bien, c’est le disque de Christophe Cirillo.

    Christophe Cirillo - Funambule

    100 000,00 €
    sur 100 000,00 €

    Projet financé le
    20 janv. 2010

    Voir la progression 

    Top contributeurs

    Pour participer, choisissez vos contreparties

    Contreparties

    Parts ouvrant droit à retour financier

    10,00 €

    Retour Financier - MMC Label

    Votre contribution vous donne droit à un retour financier, en pourcentage des futurs revenus générés par l'exploitation commerciale de l'album, au pro-rata du montant de votre contribution.
    Vous recevrez également d'autres cadeaux en fonction du montant de votre participation !

    10000 contributeur(s), 0 disponible(s), maximum 1000 par personne.