Des chèvres contre les incendies de forêt

Un projet Animaux, Terroir - Crée par - Le Boulou, Languedoc-Roussillon Contacter le créateur du projet

La chèvrerie du Boulou et son projet d'écopaturage, a besoin d'alimenter en eau et électricité sa fromagerie : but atteint ! Aidez nous à équiper la chèvrerie en matériel d'élevage

Dernières news:


Des chèvres contre les incendies de forêt

4 959,00 €
sur 4 500,00 €

Projet financé le
10 janv. 2014

Partager Exporter
  • Bienvenue à la chèvrerie du boulou ,
    élevage caprin fromager situé sur le piémont des Albères, près de la frontière espagnole .Nous proposons des fromages de terroir en fabrication fermière, tome des Pyrénées et " cabécous" au lait cru de chèvre . Le lait provient de nos chèvres "alpine chamoisées"  , conduites sur un mode extensif et pastoral . C'est à dire que nous les conduisons sur le type de végétation qui sera profitable au lait .
     Les chèvres participent aussi à la prévention du risque "incendie de forêt" en entretenant un pare feu de 30 ha, situé en bordure d'une zône d'habitation . Elles permettent,en pâturant, de maintenir le pare feu débroussaillé et accessible aux services de lutte et prévention des incendies de forêt . Nous sommes, comme d'autres éleveurs dans le départements des Pyrénées Orientales, en contrat avec l'état pour ces activités d'entretien du territoire . Et inscrivons l'activité dans le développement durable .
     Ce projet est réalisé avec le soutien de la commune, du CG 66 et de la région Languedoc Roussillon et de l'Europe ( via le FEADER ). Il permet à la collectivité de faire l'économie de frais liés à un débroussaillage mécanique et sécurise les habitations .

    Dans les Pyrénées Orientales, l'élevage rime avec : produits de terroir et entretien du territoire !


     
    Pour créer cette chèvrerie, nous sommes partis de rien, d'un terrain envahis par les bruyères de 2m de haut , sur un territoire abandonné par toute activité agricole et devenu hostile ,fermé.
    Nous avons  réouvert le milieu, construit la bergerie, la fromagerie, vu naitre les premiers chevreaux, fait les premiers fromages .

                        Mais nous nous sommes rapidement heurtés à une difficulté :
                        alimenter en eau  et  électricité la fromagerie pour pouvoir faire
                        fonctionner les groupes froids ,sécher , affiner et conserver les fromages .Les travaux, initialement estimés à 21 000 € ont couté 36 000 € au final en raison des difficultés techniques ( fort dénivellé, longueur linéaire importante, sol schisteux...) et ont engloutis la trésorerie initialement prévue pour faire l'acquisition de matériel d'élevage .                 
                        Mais se raccorder en eau et électricité était indispensable pour pouvoir travailler dans les normes d'hygiène en vigueur pour la transformation fromagère, et faire tourner les groupes froids ! Et pour enfin arrêter de jeter la production .
                        Cette année 60% de la production a été jeté faute de pouvoir les conserver!!
                                                                          STOP !



  • Quel sont les besoins ?

    La chèvrerie du Boulou a atteint son objectif : de l'eau pour les animaux et l'électricité pour la fromagerie . Prochain objectif : le bien être animal et équiper la bergerie en matériel d'élevage et de transformation .
                                   
    La jauge a atteint les 100%, Grâce à vous
                                    Et nous vous en remercions de tout coeur .
                 Votre soutien au projet a permis de faire vivre nos rêves . Et de soutenir le                                          pastoralisme au service de l'entretien du territoire .

    Le projet a été retenu pour participer à un tremplin entrepreunariat organisé par AXA . Il sera soumis aux votes des internautes . Alors la jauge reste ouverte . Les biquettes comptent sur vous !

     http://partagerproteger.axa.fr/

     Les sommes collectées au delà seront destinées au bien être animal . En effet, la chèvrerie est jeune et les besoins en matériel sont réels . Le surcoût des travaux de raccordement a consommé la trésorerie destinée à l'acquisition de matériel d'élevage :
    - auges, 650€
    -abreuvoirs, 60€ pièce
    - cornadis pour équiper une seconde aire paillée afin de loger les chevrettes de renouvellement . Nous avons une aire paillée pouvant acceuillir 40 chèvres et voulons en réaliser une seconde pour accueillir  30 autre chèvres ( ce sont des barrières autobloquantes par lesqu'elles les chèvres glissent leur tête pour manger le foin ) . 6 * 6 places : 400 € les 6 places soit 2400 €

    Et si les contributeurs sont généreux, nous pourrons réaliser la plomberie de la fromagerie -chauffe eau 250 €,
    - laves mains, plonge pour le matériel de transformation fromagère ...) 1000 €

                             Et  qui sait peut être pourrons nous remplacer nos bidons trayeurs par                                                                un véritable quai de traite .

    La traite au bidon trayeur prend 1h30 pour 30 chèvres, les postes de traite nous permettraient de réduire ce temps et de traire 60 chèvres en moins d'une heure et pour un meilleur bien être des chèvres , qui iront plus vite grignoter dehors !( en pleine saison le temps de travail est de 11 h en moyenne, réparti entre : traite, soins aux chevreaux, alimentation des animaux, fromagerie, nettoyage, commercialisation, travaux d'entretien, le travail ne manque pas, mais quand on aime ! )
    - machine à traire Alpha Laval 12 places avec système de lavage : 12 000 €

    Pour que les biquettes vivent dans une chèvrerie "au poil "

  • Qui suis-je ?

    La chevrière, Muriel, 36 ans, après avoir exercé le métier d'infirmière en bloc opératoire durant 12 ans, j'ai amorcé un virage à 360 degrés vers un retour à l'essentiel : la terre nourricière, la nature et les vrais valeurs : apprendre à mes enfants que ce qu ' ils mangent provient de la terre et qu 'il a fallu une force pour le produire .Les animaux nous calent sur le rythme des saisons, et nous apprennent à ne plus être dans la toute puissance . Avec les animaux il faut admettre qu 'on ne peut pas tout maitriser .

    Je suis passionnée, de nature, de botanique et de pastoralisme ( relation entre l'éleveur, le troupeau et son biotope, art de conduire le troupeau en fonction des ressources disponibles et en
    ayant un impact sur l'entretien des espaces naturels ) et aussi par les chiens de troupeaux ( j'ai deux bergers yougoslaves qui vivent en symbiose avec les chèvres ) .

    J'ai aussi à coeur que les paysages des Pyrénées orientales , dont je suis tombée amoureuse,façonnés par les traditions pastorales, ne soient plus abandonnés ( ou bétonnés!) et laissés à l'abandon, en friche et à la merci des incendies .
    En 2012 se sont 14 000 ha qui sont partis en fumée prés de la frontière franco-espagnole, causant 4 morts . Des départs de feux sont récurrents dans le département .
    Stop!
    Je suis aussi guidée par l'envie de renouer avec un mode de vie traditionnel, celui que décrit Adrienne Cazeilles .

    Qui est Adrienne Cazeilles ?
     La voix de la sagesse,  une femme originaire des Aspres, enracinée dans la terre rugueuse de ses origines,une femme porteuse des valeurs d'une société disparue qui cultivait un art de vivre .Auteur de " Quand on avait tant de racine" texte publié à  la suite de l'incendie de 1976 qui ravagea 17000 ha, ravagea sa terre , emporta, faune, flore, paysages et art de vivre issu de traditions millénaires .
    Elle publie ce texte, comme on pousse un cri d'alarme pour attirer l'attention sur tout les dangers qui menacent plus que jamais l'homme et la planète , qui menace une civilisation dans laqu'elle l'homme court avant de savoir marcher..
    Peut être que de là ou elle est ,elle murmure à l'oreille de la jeune bergère que je suis...!


                                              Qu'est ce que l'élevage a à voir avec çà ?
    Dans les PO ce sont 14 000ha de coupure de combustible entretenus par les éleveurs et leur troupeaux ( chèvres , brebis, vaches) par le biais de MAET DFCI ( mesure agro environnementale territoriale de Défense des Forêt Contre l'Incendie ) . Si les PO offrent une vitrine accueillante aux touristes c'est qu 'ils ouvrent et entretiennent les zones de piémont et offrent aussi de bons produits issu du terroir !


    Après l'obtention de mon Brevet professionnel  de responsable d'exploitation agricole( BPREA élevage), des stages chez des éleveurs et des formations sur la transformation fromagère avec la chambre d'agriculture, j'ai voulu concrétiser mon projet :


                        faire vivre le pastoralisme,  offrir des produits de terroir et valoriser le territoire

    Avec le soutien de la chambre d'agriculture et l'acceptation du projet en commission départementale agricole , le soutien de la région et de la DDTM ( direction départementale des territoires et de la mer ), la commune du Boulou, le projet a pu voir le jour !!
    Nous avons une cinquantaine de chèvre de la race alpine chamoisée,
    - la chèvrerie est là!
    -la fromagerie est là !
    - les premiers chevreaux sont nés !
    - les premiers fromages  sont là !
    - Une contractualisation avec l'état pour débroussailler 30 ha et diminuer le risque incendie près des maisons a été conclu !

    Mon rêve de mettre le pastoralisme au service du territoire a vu le jour!
    Revoir des troupeaux parcourir les Albères et rendre un visage plus accueillant au massif !

    Mais, ma fragile et jeune exploitation ne peut pas se permettre de perdre encore des fromages faute de pouvoir les conserver . Une autre saison sans électricité et c'est la viabilité même de la chèvrerie qui sera compromise . Nous avons engagé de lourds travaux qui touchent à leur fin ! Mais le financement des travaux 36 000€  de raccordement a englouti la trésorerie déstinée à faire l'acquisition de matériel d'élevage .

  • Retrouvez nous sur Facebook : "la chèvrerie du Boulou "
                                                    et  " Hercule Bouc "
  • Si vous êtes avez lu jusqu 'ici , c'est que vous avez portez un intérêt au projet et je vous en  remercie !

    Alors, pour que vive le pastoralisme,
    pour que les Pyrénées orientales continuent d'offrir de bons produits de terroir,
    pour que le massif des Albères reste l'écrin magnifique qu 'il est ,
    pour l'élevage rime avec "production fermière" et entretien du territoire "
                           
                                                        Soutenez la chèvrerie du Boulou !
                                      
Des chèvres contre les incendies de forêt

4 959,00 €
sur 4 500,00 €

Projet financé le
10 janv. 2014

Voir la progression 

Top contributeurs

Pour participer, choisissez vos contreparties

Contreparties

un extrait d " after chèvre"

5,00 €

un remerciement de notre bouc Hélios au parfum si entêtant .

6 contributeur(s), illimité.

photo d'une de nos bêêêlle des champs

10,00 €

Photo électronique d 'une de nos bêêêlle des champs envoyée par mail .

21 contributeur(s), illimité.

un gout de terroir

30,00 €

avec nos remerciements des idées recettes concoctées à base de fromage de chèvre

20 contributeur(s), illimité.

idées recettes et" tout doux du boulo"

50,00 €

en plus de notre gratitude, je vous envoi les idées recettes, et venez chercher un "tout doux du Boulou" cabécou au lait cru de chèvre sur le marché du Boulou .

14 contributeur(s), illimité.

Visite à la ferme

100,00 €

en plus de notre gratitude, nos idées recettes,venez prendre l'air avec nous, découvrir la chèvrerie, venez ballader les chèvres sur les parcours et déguster notre " tout doux du Boulou " et découvrir le pastoralisme

6 contributeur(s), illimité.

"quand on avait tant de racines"

500,00 €

merci du fond du coeur, gros poutous de la part de nos biquettes. Photos de la vie de la chèvrerie, Idées recettes, visite à la fermeet dégustation et un exemplaire de l'ouvrage d'Adrienne Cazeille " quand on avait tant de racines" ma bible .

2 contributeur(s), illimité.