Lola - Everybody Relax

A Music - Created by MMC Label - Contact the project's creator

Grande gagnante du tremplin Virgin Radio/My Major Company, Lola, a débuté sa carrière aux States. Everybody Relax, le 1er album de Lola est aujourd’hui dans les bacs.

Lola - Everybody Relax

€100,000
on €100,000

funded on
Dec 29, 2010

Share Embed
  • Quand on demande à Lola de définir sa musique, elle vous parle immédiatement de ses lointaines origines, russes et italiennes, le froid qui souffle le chaud, le feu sous la glace…

    De cette lointaine Italie elle a gardé ce goût de la chaleur humaine, le sens du partage, ce parlé franc qui joint le geste à la parole, et le plaisir des dîners qui s’éternisent autour d’un bon verre de vin.

    De ses origines russes, elle aime à cultiver une certaine maitrise d’elle-même, et dans son regard clair parfois impénétrable, il y a quelque chose de mystérieux dont seuls les slaves ont le secret.

    A peine majeure, elle décide de s’installer à New-York, la ville de tous les possibles, pour aller à la rencontre d'une culture musicale dont elle se sent si proche depuis sa plus tendre enfance.

    A peine arrivée, elle se produit sur les scènes du LowerEast side où elle est immédiatement remarquée par le manageur d’Alicia Keys qui tombe en arrêt sur sa voix magnétique, son charisme hors norme, avec ce petit "je ne sais quoi" sofrenchy ! 

    Avec lui, elle entame la préparation d’un premier album et signe rapidement dans la maison de production d’Alicia Keys, sous l’égide artistique de cette dernière. Elle lui offre sur un plateau de prestigieuses collaborations : Toby Gad (multi GrammyAwardé pour Fergie, Beyonce…), Scott Storch (producteur de Beyoncé, Mariah Carey et Whitney Houston, entre autres).

    L’album ne se fait pas sans heurts et Lola ne se reconnait pas dans ce qu’on lui propose de devenir, car la demoiselle a du caractère et ne veut pas devenir un avatar aseptisé et faussement sexy comme il y en a légion à cette époque… Elle veut pleinement mettre en avant sa facette de songwriter, une pop décalée, fraîche et insolente qui signe aujourd’hui sa marque de fabrique.

    Elle rentre alors en France, non pas par dépit, mais pour la meilleure des raisons… Par amour. Et c’est dans cette énergie ultra positive qu’elle s’attèle à ce qu’elle considère être véritable son premier album. 

    Parallèlement, comme une respiration, elle met son talent d’interprète au profit de différents projets dont Carmen Castro avec Mr Oizo et partage différentes scènes avec Paulo Goude.

    Seule dans son coin, elle noircit des carnets intimes, façonne des mélodies accrocheuses comme le ferait un artisan… Elle sent qu’elle est enfin dans le juste et elle prend la décision que ce sera elle qui, cette fois, assurera la production de l’album, pour être au plus près d’elle-même…

    Il faut maintenant qu’elle s’entoure de la bonne équipe et c’est l’amour (encore lui !) qui va décider pour elle. En suivant l’homme de sa vie, réalisateur, elle s’installe à Los Angeles.

    Là-bas, elle rencontre Alex Elena. Alex est italien, batteur jazz de génie, est parti en tournée avec le les IronMaiden à l’âge de 15 ans, et a reçu un Grammy pour le titre « Dream » de Alice Smith. C’est cette chanson qui convainc Lola que lui seul pourra l’aider à donner naissance au disque. 

    Ensemble, ils corrigent, font évoluer et mettent en scène les esquisses souvent bien avancées de Lola. Multi instrumentiste, Alex propose ici et là une ligne de guitare, une suite d’accords au clavier, une rythmique, et fait souvent mouche. Lola riposte, écrivant sans cesse pour être à la hauteur des mélodies. Au milieu de l’enregistrement, Lola subit un accident de wakeboard. La fin des prises de voix aura lieu à l’horizontale. Lola, clouée au lit, repense sa façon de chanter, et s’inspire de son immobilité passagère pour écrire ce qui est probablement le texte le plus noir du disque : Strangedays.

    C’est qu’outre son goût pour les sports (extrêmes), Lola dévoile dans ce premier album une personnalité aussi riche en facettes que l’est sa voix en tessitures. Entre l’ironie d’un Relax (dont la suite des paroles dévoile le malicieux « we’re all gonna die »), la furie girl power de Rock me, I can do that et Kamikaze woman, la langueur romantique (mais pas que !) de Up the wall et All the same, Lola nous fait passer du rire aux larmes, de la nostalgie à la colère…

    Italie, Russie, Etats-Unis, France. Cosmopolite, voyageuse, ouverte et le sourire constamment sur les lèvres… Lola est bel et bien de son temps.

Lola - Everybody Relax

€100,000
on €100,000

funded on
Dec 29, 2010

See the progression 

Top backers

To participate, choose your rewards

Rewards

Parts ouvrant droit à retour financier

€10

Votre contribution vous donne droit à un retour financier, en pourcentage des futurs revenus générés par l'exploitation commerciale de l'album, au pro-rata du montant de votre contribution.
Vous recevrez également d'autres cadeaux en fonction du montant de votre participation !

10000 bought, 0 available, maximum 1000 per user.