A Books, Geek - Created by - Paris, Île-de-France Contact the project's creator

This article is restricted to contributors of the project!
It contains information that the author only wants to share with his contributors to MyMajorCompany.

Would you like to become a contributor?
Contribute to the project by clicking on "I want to participate" or by selecting the subject that interests you.
To know more, please visit our "How does it work?".
If you are already a contributor to the project and you don't see the content of the article, click here to log in.

  • Ça y est ! Les choses sérieuses commencent ! En attendant de pouvoir vous montrer des échantillons quasi définitifs (très très bientôt, promis), permettez-nous de vous exprimer nos impressions sur les informations que nous avons réunies… pendant qu’elles se font maquetter.

     

    Comme on n’est jamais mieux servi que par soi-même, nous avons réalisé une auto-interview, afin de vous donner notre ressenti subjectif sur la masse de documentation que nous avons retranscrite de la manière la plus objective possible.

     

    1)      Quel mangaka es-tu le plus fier de faire découvrir au public ?

    Matthieu : Fujio Akatsuka. Il a posé les premières briques du gag manga, aussi bien dans l’humour de situation que dans les jeux de mots. La première série d’Akira Toriyma, Dr. Slump, s’inscrit dans la droite lignée des titres d’Akatsuka comme Osomatsu-kun ou Tensai Baka-bon. On parle en plus d’une époque où les dessinateurs étaient des superstars invitées dans les shows TV, et Akatsuka n’était pas le dernier pour la déconne, en participant à de nombreux sketches. Je crains qu’une version française de son œuvre ne voit jamais le jour, tellement la traduction et l’adaptation de cet humour si particulier sont difficiles, mais on ne sait jamais…

     

    Laurent : Difficile de choisir ! Je ne vais pas répondre « Hiroshi Hirata » parce qu'il est déjà bien connu du public grâce aux éditions françaises de ses livres et à plusieurs venues sous nos latitudes. Mais dans la même idée – ces mangakas qui font de leur art un art martial, chargé d'un propos combatif – je dirai Tetsuya Chiba. Ashita no Joe est certes publié en France, mais les lecteurs plus jeunes ne l'ont pas ouvert alors que cette œuvre leur est destinée. Actuellement, tous les lecteurs d'Ashita no Joe que je connais ont une barbe, quarante ans et des enfants ! C'est une hérésie ^^ ! Ce manga a été dessiné pour donner la gnaque à des jeunes !! Alors si notre page consacrée à Chiba dans Histoire(s) du Manga Moderne pouvait amener un peu de cet esprit combatif aux ados qui seraient passés à côté... Je dirai : mission accomplie ! Et puis, il est touchant, Monsieur Chiba. Enfant, il a connu des situations atroces en Manchourie, puis pendant et après le rapatriement de sa famille au Japon. Ado, il s'est lancé dans le manga pour nourrir sa famille, avec tout ce que cela suppose de responsabilités sur ses épaules inexpérimentées. Par la suite, il s'est adonné à des mangas dont les personnages principaux sont des trublions, des turbulents, des sauvageons, des p'tits malpolis, bref, les laissés pour compte. Tous les gamins issus de familles de prolos des quartiers cramés de France devraient lire Ashita no Joe, ce manga est là pour jeter un peu de lumière devant leurs pas.

     

    2)      Quelle période de l’histoire du manga t’a le plus marqué ?

    Matthieu : Je pense qu’il s’agit des années 80. C’est une décennie pendant laquelle le manga est devenu la machine éditoriale qu’on connaît aujourd’hui. Ça avait commencé avec une segmentation par sexe, ça a continué avec les tranches d’âge. Les éditeurs n’avaient pas anticipé que les gosses de 10 ans dans les 60’s continueraient à consommer du manga dans les 80’s. On a vu apparaître les revues typées « Young » puis « Comic » auprès des magazines estampillés « Shônen » pour les garçons, et la même chose avec les « Lady » et les « Young Lady » qui ont rejoint les titres « Shôjo » chez le public féminin. Toutes ces ramifications en à peine dix ans !

     

    Laurent : la période 1964-74, découpage un peu artificiel mais qui a le mérite de rendre honneur à Kamui-Den (de Sanpei Shirato) et Gen d'Hiroshima (de Keiji Nakazawa), et à tout ce qu'il s'est passé entre ces deux brûlots. Ce fut la décennie où les révoltes et évolutions sociales à l’œuvre au Japon se sont répercutées avec une force inouïe dans la culture manga. C'est l'époque où bon nombre de  mangakas fournissaient des œuvres distrayantes en s'inspirant des aspects les plus durs de leur propre vécu ou de la société. Ce phénomène a continué par la suite – dieu merci ! - mais le déclencheur est bien là. Pour moi qui m'intéresse avant tout aux aspects humains, sociaux et philosophiques d'une œuvre, cette période ouvre la voie à toute la culture manga contemporaine que je respecte profondément.

     

    3)      Quel événement historique a le plus retenu ton attention ?

    Matthieu : A la fin des années 50, le pays se reconstruisait dans tous les domaines, notamment politique. Le gouvernement de Nobusuke Kishi était de « droite extrême », et le pays s’est révolté contre ses réformes. D’abord dispersées, les manifestations ont fini par converger, donnant lieu à des émeutes monstrueuses. La violence a atteint son sommet en 1960 avec des affrontements dantesques, qui chambouleront le pays en profondeur suite au décès d’une étudiante.

     

    Laurent : Peut-être bien la maladie de Minamata, un cas notoire d'empoisonnement d'une population locale par une pollution d'origine industrielle. Cette histoire à vous soulever le cœur concentre peut-être tous les maux des années 60 à 80 : une croissance industrielle hors de contrôle, au mépris des questions de santé publique ; les mensonges du discours officiel de la classe politique ; l'intervention régulière des yakuzas aux côtés de la police (!!) pour faire taire les manifestants. Mais Minamata, c'est aussi l'opportunité de constater la force de caractère des Japonais : tu peux pas tester un Japonais profondément en colère ! Pendant près de vingt ans, toute une population va mener un combat pour recouvrir sa dignité en faisant éclater la vérité et plier les responsables. Respect. Il ne reste plus qu'à s'en inspirer pour mener d'autres combats contre les empoisonneurs, ici et maintenant.


    A la semaine prochaine !

    Stay tuned.


This article is restricted to contributors of the project!
It contains information that the author only wants to share with his contributors to MyMajorCompany.

Would you like to become a contributor?
Contribute to the project by clicking on "I want to participate" or by selecting the subject that interests you.
To know more, please visit our "How does it work?".
If you are already a contributor to the project and you don't see the content of the article, click here to log in.

  • Avec le mois de décembre commence la dernière ligne droite pour le livre ! La tant attendue étape de mise en page débutera la semaine prochaine : une phase qui exige une préparation impeccable en amont. Alors, où en sommes-nous ?

     

    Rédactionnel : 100%

    Ça, c’est fait. 61 ans, 66 personnalités. Toutes les périodes, tous les styles, tous les genres. Afin de vous donner une idée de l’exhaustivité dont « Histoire(s) du manga moderne » veut se targuer, jugez avec cet échantillon : Machiko Hasegawa (1955), Shigeru Mizuki (1959), Yoshiharu Tsuge (1965), Riyoko Ikeda (1972), Katsuhiro Otomo (1980), Kyoko Okazaki (1986), Eiichiro Oda (1997), Ai Yazawa (2000), Inio Asano (2007).

     

    Galerie bonus : 100%

    Sept thèmes, sept dessinateurs (dont un invité surprise), sept illustrations que VOUS avez décrochées en explosant les 150% lors de la campagne de financement. Préparez-vous à des « oooh » et des « aaaah » d’émerveillement. En tout cas, nous, on a pas arrêté de le faire en les découvrant.

     

    Relectures : 80%

    Nous attendons encore les retours de quelques professionnels de la profession qui ont eu la gentillesse de relire nos tapuscrits, des fois qu’on aurait laissé passer une grosse boulette, mais comme dirait l’autre, jusqu’ici tout va bien.

     

    Corrections orthographiques : 50%

    Vous qui attendez tous le livre, vous allez nous détester. A l’heure actuelle, une jeune femme est en train de lire en avant-première le tapuscrit du livre… et elle est payée pour ça ! Grâce à vous et à l’explosion des stretch-goals, nous avons pu recruter une correctrice professionnelle, qui traque les moindres fautes, une traque qui prend fin dimanche prochain.

     

    Iconographie : 75%

    Nous avons d'ores et déjà récupéré une grande quantité d'images auprès des éditeurs concernés ou bien nous les avons extraits de nos archives. Mais il nous reste encore à scanner certaines ressources (opération particulièrement chronophage) et à arbitrer les choix d'iconographie définitive. Une étape un tantinet douloureuse puisqu'il faudra retenir une à trois illustrations ou planches pour chaque mangaka, soit bien peu pour rendre hommage à leurs talents...

     

    Copyright : 66%

    Une grosse partie des éditeurs français nous a fait parvenir avec plaisir les copyrights des œuvres qu’ils publient en français. Il nous reste néanmoins beaucoup de recherches à faire de notre côté, notamment sur les planches originales ^^


    Mise en page : 10%

    Les prémaquettes conçues par Laurent seront le terreau de base sur lequel notre maquettiste va s’atteler… dès lundi prochain.

     

    Ça tombe bien, c’est la date de notre prochain rendez-vous ! A lundi, donc !


This article is restricted to contributors of the project!
It contains information that the author only wants to share with his contributors to MyMajorCompany.

Would you like to become a contributor?
Contribute to the project by clicking on "I want to participate" or by selecting the subject that interests you.
To know more, please visit our "How does it work?".
If you are already a contributor to the project and you don't see the content of the article, click here to log in.

  • Nous voilà bien embêtés. Nous sommes actuellement dans une étape particulièrement difficile à illustrer, terriblement ennuyeuse et extrêmement chronophage. L’update de cette semaine va donc être assez courte.

    Comment vous feriez, vous, pour illustrer que vous êtes en train de faire les relectures et corrections sur les pages préalablement rédigées ? Que vous cherchez tous les (cf p.XX) disséminés durant la rédaction pour les remplacer par les bons numéros de page ?

    Pire encore, comment expliquer que vous traquez tous les titres et auteurs cités, page après page, afin de fournir un index à la fin de l’ouvrage ? En voilà une bonne question, non ?

    Comme nous vous l’indiquions dans l’introduction de cette news, cette phase nécessite moins d’inventivité et de création que la rédaction, mais une concentration maximale est requise pour ne rien oublier et faire le tri, d’autant plus que nous ne sommes pas à l’abri d’une erreur humaine.

    Nous retournons donc à notre traque et vous disons : à la semaine prochaine !

    Matthieu & Laurent


This article is restricted to contributors of the project!
It contains information that the author only wants to share with his contributors to MyMajorCompany.

Would you like to become a contributor?
Contribute to the project by clicking on "I want to participate" or by selecting the subject that interests you.
To know more, please visit our "How does it work?".
If you are already a contributor to the project and you don't see the content of the article, click here to log in.

This article is restricted to contributors of the project!
It contains information that the author only wants to share with his contributors to MyMajorCompany.

Would you like to become a contributor?
Contribute to the project by clicking on "I want to participate" or by selecting the subject that interests you.
To know more, please visit our "How does it work?".
If you are already a contributor to the project and you don't see the content of the article, click here to log in.

  • Après vous avoir parlé d’icono la semaine dernière (les réponses au quiz sont en bas de ce billet), revenons un instant sur le cœur du livre, le rédactionnel. Et plus particulièrement, notre méthode de collaboration pour écrire à quatre mains.

     

    Pas de jaloux ! Nous avons appliqué la méthode séculaire du moit’-moit’ (également connue dans les écoles marketing sous l’appellation fifty-fifty) de la manière la plus efficace, selon nous. Il était évidemment hors de question de trancher de manière injuste (60 années pour l’un et 60 portraits pour l’autre ; séparer les trois premières et les trois dernières décennies), mais pousser le vice en répartissant les années paires et impaires devenait un casse-tête pour les pages de gauche. En effet, les cycles politiques, sociaux et économiques qui ont construit le Japon et le manga tel que nous  le connaissons s’étalent sur plusieurs années : il vaut mieux que ce soit le même rédacteur qui en parle tout du long.

     

    Nous avons donc divisé le travail en plusieurs segments de 5-6 ans chacun, distribués en alternance à Matthieu, à Laurent, à Matthieu, à Laurent, etc. Vous pourrez d’ailleurs vous amuser à reconnaître qui a écrit quoi au fil de votre lecture ! Nous sommes satisfaits de notre décision, qui nous a permis d’être efficaces, mais elle nécessite une phase finale d’harmonisation, absolument indispensable. Après tout, certains ouvriront Histoire(s) du manga moderne pour le lire d’une traite, d’autres n’iront consulter que certaines pages en fonction des informations précises qu’ils y cherchent.

     

    L’harmonisation se déroule donc autour de trois axes majeurs :

    ·         établir les correspondances entre les événements cités par Laurent et par Matthieu

    ·         en créer le cas échéant (rajouter une brève mention)

    ·         répartir à petites doses sur plusieurs pages les phénomènes prégnants

     

    Ce dernier axe s’est avéré crucial pour un phénomène comme l’apparition du gekiga. On distingue sans peine quelques dates et événements cruciaux dans son développement, mais il s’est déroulé sur une bonne décennie. Il fallait donc en parler fréquemment, sans pour autant lui donner la priorité, et donc revoir la structure même de quelques pages, pour mieux disséminer les informations au gré des années.

     

    Pour résumer, on peut donc dire que c’est vraiment compliqué de vouloir faire un livre simple !

     

    A lundi prochain pour une nouvelle update, mais d’ici là, nous vous laissons avec les réponses du quiz de la semaine dernière !

     

    Matthieu & Laurent

     

    Réponses : 1-D 2-G 3-A 4-M 5-L 6-K 7-C 8-N 9-G 10-B 11-H 12-I 13-0 14-J 15-F


  • Aujourd’hui, nous continuons de vous dévoiler les coulisses de préparation du livre. Après nous être penchés sur le texte, abordons un peu l’aspect iconographique du livre. Un point crucial qui commence par les portraits des auteurs.

    Vous savez quoi ? Nous n’avions pas vu venir un problème dont nous avions pourtant parfaitement conscience. Notre plus grande peur était de ne pas trouver de portraits des auteurs des années 50, période la plus difficile pour la documentation. En fin de compte, c’est dans les années 1995-2005 que le souci s’est essentiellement posé !

    L’explication est simple. Le milieu des années 1990 correspond au zénith de la production manga, et les dessinateurs des séries les plus vendeuses ont acquis une popularité équivalente à celle des pop stars. Souhaitant conserver l’anonymat pour que leur peu de vie privée reste paisible, de nombreux mangaka refusent systématiquement toute photo en interview, décision que nous respectons.

    Nous pourrons cependant mettre un visage sur environ 80% des noms qui figureront en page de droite. Histoire de vous préparer un petit peu, nous vous avons d’ailleurs concocté un jeu avec un quart des mangaka que nous avons choisis de mettre en lumière. Quinze photos, quinze noms : saurez-vous associer toutes les paires ? Vous avez une semaine pour réfléchir et partager vos idées : réponses lundi prochain ! Réussirez-vous à tout compléter ?

    Matthieu & Laurent


€12,324
on €7,500

funded on
Jul 13, 2014

See the progression 

Top backers

To participate, choose your rewards

Rewards

[CARTES DE CLOW]

€4

Notre gratitude éternelle + un set de cinq wallpapers HD de plusieurs lieux japonais + votre nom à la fin de l’e-book + accès aux coulisses du projet (sélection des auteurs, photos et anecdotes du voyage, idées laissées de côté…)

2 sold, unlimited.

[FULL DIGITAL ALCHEMIST]

€10

Le e-book (format ePUB ou PDF, sans DRM) + [CARTES DE CLOW]

12 sold, unlimited.

[VICTOIRE AU KOSHIEN]

€30

Le livre + votre nom à la fin du livre + un marque-page exclusif avec la liste de tous les mangakas de l’ouvrage, réservé aux contributeurs + dédicace (réservée aux 100 premiers contributeurs) + [FULL DIGITAL ALCHEMIST]

100 bought, 0 available.

[VICTOIRE AU KOSHIEN]

€30

Le livre + votre nom à la fin du livre + un marque-page exclusif avec la liste de tous les mangakas de l’ouvrage, réservé aux contributeurs + [FULL DIGITAL ALCHEMIST]

37 sold, unlimited.

[POUSSIERE DE DIAMANT]

€50

Le livre collector dédicacé + votre nom dans le « Hall of Fame » à la fin du livre + un marque-page exclusif + [FULL DIGITAL ALCHEMIST]

76 bought, 224 available.

[MULTICLONAGE]

€55

Deux exemplaires du livre + deux marque-pages + votre nom à la fin du livre + [FULL DIGITAL ALCHEMIST]

7 bought, 93 available.

[ETUDIANT(E) PARAKISS]

€70

Un T-shirt avec un des personnages de la couverture (collector) + le livre collector dédicacé + votre nom dans le « Hall of Fame » à la fin du livre + un marque-page exclusif + [FULL DIGITAL ALCHEMIST]

14 bought, 36 available.

[LONE WOLF & CUB]

€75

Le livre collector dédicacé + votre nom dans le « Hall of Fame » à la fin du livre + le livre standard + deux marque-page exclusifs + [FULL DIGITAL ALCHEMIST]

5 bought, 45 available, maximum 1 per user.

[POCHE A QUATRE DIMENSIONS]

€80

Un sac shopping (collector) + un T-shirt avec un des personnages de la couverture (collector) + le livre collector dédicacé + votre nom dans le « Hall of Fame » à la fin du livre + un marque-page exclusif + [FULL DIGITAL ALCHEMIST]

8 bought, 27 available.

[OTAKULAND]

€95

Un goodies venu tout droit du Japon ! + un sac shopping (collector) + un T-shirt avec un des personnages de la couverture (collector) + le livre collector dédicacé + votre nom dans le « Hall of Fame » à la fin du livre + un marque-page exclusif + [FULL DIGITAL ALCHEMIST]

10 bought, 0 available.

[PENSION DES MIMOSAS]

€250

Venez nous rencontrer à Paris ! Durant une journée, vous découvrirez notre processus de production… et vous pourrez y participer (sélection des titres et de l’iconographie) + une page de remerciements créée avec vous pour raconter cette journée + Repas au Dernier Bar* + un goodies venu tout droit du Japon + un sac shopping (collector) + un T-shirt avec un des personnages de la couverture (collector) + le livre collector dédicacé + votre nom dans le « Hall of Fame » à la fin du livre + un marque-page exclusif + [FULL DIGITAL ALCHEMIST]

*Trajet et hébergement non inclus

2 bought, 0 available, maximum 1 per user.

[TUXEDO MASK]

€1,111

Vous êtes un acteur professionnel de l’édition ou du milieu du manga, et vous voulez supporter ce projet de manière efficace ! Vous recevrez une édition collector dédicacée, cinq éditions collector et cinq éditions normales de notre livre, avec votre nom en première page ! + [FULL DIGITAL ALCHEMIST]

0 bought, 2 available, maximum 1 per user.